Automotrices Be 4/4 66 et 67

Les automotrices de la série 60-69 ont vu leur partie mécanique construite par Herbrand (Cologne) et leur équipement électrique fourni par l’Allgemeine Elektrizitäts-Gesellschaft. Elles ont été mises en service en 1901.

Dans les années 30, dans le cadre de la modernisation de son parc, la Compagnie genevoise des tramways électriques (CGTE) a entièrement reconstruit la partie mécanique de cette série de véhicules. A cette occasion, l’équipement électrique a été changé et le nouveau fourni par les Ateliers de Sécheron. Ces véhicules sont donc entièrement genevois.

Après reconstruction, ils ont été renumérotés dans la série 60-70.

Caractéristiques techniques

Année de construction/transformation 1901/1936
Tare 19’700 kg
Longueur hors tampons 13’670 mm
Largeur de la caisse 2’140 mm
Hauteur fixe maximum 3’990 mm
Empattement du bogie 1’230 mm
Ecartement des essieux extrêmes 6’530 mm
Places assises 26
Places debout 43
Puissance des moteurs 4 x 45 cv
Rapport d’engrenage 1:4,0
Vitesse maximum 30 km/h

Utilisation

1902-1952 St-Julien/Croix-de-Rozon - Carouge - Annemasse/Etrembières (ligne 12)
1939-1958 Rive - Vésenaz - Hermance (ligne 9)
1950-1955 Veyrier - Rive - Chantepoulet - Vernier (ligne 6)
1950-1954 Rive - Bernex (ligne 15)
1950-1954 Genève-Plage - Parc-des-Eaux-Vives - Petit-Lancy (ligne 2)
1954-1961 Genève-Plage - Parc-des-Eaux-Vives - Petit-Lancy - Bernex (ligne 2)
1958-1959 Rive - Cornavin - Vernier (ligne 6)
1961-1971 Carouge - Moillesulaz (ligne 12, service des suppléments)
1971-1973 Réserve ligne 12

Une brochure plus détaillée sur cette série de véhicules est disponible auprès du service des ventes.

L’automotrice 67

L’automotrice 67 est préservée par l’Association genevoise du musée des tramways (AGMT) depuis 1973.

D’importants travaux de restauration l’ont immobilisée de 1990 à 1993, durant une partie de l’année 1997 et en 2004-2005.

Elle se présente actuellement dans sa livrée des années 50.

L’automotrice 66

L’automotrice 66 a quitté Genève en 1973 à destination du Chemin de fer de la baie de la Somme. En 1977, elle est acquise par l’AMITRAM qui la transfert dans sa collection à Lille. A l’automne 2008, l’AMITRAM contacte l’AGMT car elle a besoin de place pour des véhicules lillois supplémentaires et ne peut plus héberger la 66. Après une visite sur place en janvier 2009, L’AGMT décide de récupérer le véhicule, et après accord des TPG, la rapatrie à Genève le 20 mai 2010.

Arrivée de la 66 au Bachet - 20.05.2010 {JPEG}

Elle a été stationnées plusieurs années en plein air et n’a plus été mise sous tension depuis son départ de Genève en 1973. En conséquence, d’importants travaux de restauration sont nécessaire avant de pouvoir la revoir circuler sur les rails genevois. Ils sont lancés dès fin mai 2010 et concernent, entre autre, l’intégralité du câblage, les controllers, les moteurs, la timonerie de frein, le circuit pneumatique, la structure de la caisse, le châssis, les bogies, le toit, l’aménagement intérieur et la carrosserie.